Zaz – Dans ma rue

Dans ma rue

J'habite un coin du vieux Montmartre
Mon père rentre soûl tous les soirs
Et pour nous nourrir tous les quatre
Ma pauvre mère travaille au lavoir.
Moi j'suis malade, je rêve à ma fenêtre
Je regarde passer les gens d'ailleurs
Quand le jour vient à disparaître
Il y a des choses qui me font un peu peur

Dans ma rue il y a des gens qui se promènent
J'les entends chuchoter dans la nuit
Quand je m'endors bercée par une rengaine
J'suis soudain réveillée par des cris
Des coups d'sifflet, des pas qui traînent,
qui vont et viennent
Puis le silence qui me fait froid dans tout le cœur
Dans ma rue il y a des ombres qui se promènent
Et je tremble et j'ai froid et j'ai peur

Mon père m'a dit un jour : La fille,
Tu ne vas pas rester là sans fin
T'es bonne à rien, ça c'est de famille
Faudrait voir à gagner ton pain
Les hommes te trouvent plutôt jolie
Tu n'auras qu'à sortir le soir
Il y'a bien des femmes qui gagnent leur vie
En se baladant sur le trottoir

Dans ma rue il y a des femmes qui se promènent
Je les entends fredonner dans la nuit
Quand je m'endors bercée par une rengaine
J'suis soudain réveillée par des cris
Des coups de sifflet, des pas qui traînent,
qui vont et viennent
Puis le silence qui me fait froid dans tout le cœur
Dans ma rue il y a des femmes qui se promènent
Et je tremble et j'ai froid et j'ai peur

Et depuis des semaines et des semaines
J'ai plus de maison, j'ai plus d'argent
Je sais pas comment les autres s'y prennent
Mais j'ai pas pu trouver d' client
Je demande l'aumône aux gens qui passent
Un morceau de pain, un peu de chaleur
J'ai pourtant pas beaucoup d'audace
Maintenant c'est moi qui leur fait peur

Dans ma rue tous les soirs je me promène
On m'entend sangloter dans la nuit
Quand le vent jette au ciel sa rengaine
Tout mon corps est glacé par la pluie
Mais je ne peux plus, j'attends sans cesse
que le bon Dieu vienne
Pour m'inviter à me réchauffer tout près de Lui
Dans ma rue il y a des anges qui m'emmènent
Pour toujours mon cauchemar est fini
On my street

I live in the corner of the old Montmartre,
My father comes home drunk every night,
And in order to feed the all four of us,
My poor mother works at the laundry.
Whenever I'm sick, I lean next my window,
Watching the people passing by to who knows where
And when the day is about to fade away,
There are some strange things that scare me a bit.

On my street, there are people strolling around,
I can hear them whisper in the night
Whenever I fall asleep, lulled by some tune,
All of the sudden I'm awakened by screams,
Whistles, and lurking footsteps,
Which come and go
Then there's a silence that makes my heart freeze all at once.
On my street, there are shadows, walking around
And I tremble, and I'm cold, and I'm afraid.

One day my father told me: "My daughter,
You will not stay here forever
You're good for nothing in this family,
So you'd better earn your bread.
Men seem to find you quite attractive,
All you have to do is leave at night
There are a lot of women who earn their living
By walking the sidewalks."

On my street, there are women strolling around,
I hear them singing and at night,
Whenever I fall asleep, lulled by some old song,
All of the sudden I'm awakened by screams,
Whistles, and lurking footsteps,
Which come and go
Then there's a silence that makes my heart freeze all at once.
On my street, there are women walking around,
And I tremble, and I'm cold, and I'm afraid.

And for weeks and weeks now,
I haven't got a home anymore, I have no money
I don't know how other girls do it,
But I couldn't find any customer.
I begged for charity,
For a piece of bread, a little warmth,
I'm not much of a bold/audacious girl
But now I'm the one who scare them.

On my street, every night, I walk around
You can hear me sobbing there, and at night,
When the wind blows its old song into the dark sky,
My body gets completely chilled by the rain,
I can't take it anymore, I wait
God to come and take me, hoping
That he will invite me to warm myself right next to Him.
On my street there are angles who guide me
My nightmare is all over now, forever!


Simular Lyrics