Zaz – Ma valse

Ma valse

Regardez moi sourire comme une rose au vent
Flotter mon délire sous le désir ardent
Etre vivante et reine dans mon monde innocent
De ces pluies de lumière qui fondent sur mon champs.

Regardez moi mourir a l'amour qui m'attend
Ses bras et ses soupirs qui me chauffent le sang
La mousse sous mes pieds comme un tapis de soie
Un socle pour mon lit m'abandonner parfois.

Regardez moi souffrir quand je ne m'aime plus
Que j'ai peur d'être vue et d'être mise à nue
Quand je suis vulnérable et que personne n'entend
La grandeur de l'horreur qui gronde et qui méprend.

Regardez ce grand vide cet inconnu si tendre
Que j'aimerais succomber et ne plus rien attendre
Un silence qui fait peur qui ne peut plus surprendre
Car je connais mille fois la saveur de ses cendres.

L'amour en bandoulière comme un cadeau volé
Je voudrais être mère pour mieux me consoler
Pour me donner l'accueil, l'écoute et le sursis
Me donner la douceur, me donner du répit

Comment donner à soi cet amour qu'on attend
Qui n'est jamais assez et qu'on ne sais pas prendre
Que même si l'on surprend son cœur sourire parfois
On le referme si vite de peur que l'on se noie.

Et puis un soir un jour on n'ose l'accepter
Cette perle, ce sésame qu'on avait bien caché
Au creux de notre oubli, au bord de la jetée
Contemplant le ciel roux des rêves effaces

C'est la fin qui surgit comme une rage au ventre
L'ardeur insaisissable qui crie et qui nous hante
Comme un vieux fantôme las de n'être reconnu
Etre écouté sans crainte pour pouvoir être lu.

Regardez moi me battre contre rien, contre tout
Prisonnière de ma cage que j'ai construite par bout
Racontant mon histoire pour ne pas l'oublier
Elle me sert aujourd'hui la gorge ma liberté.

J'en ai fini assez, assez d'être victim
D'une peur insensée qui chanterait son hymne
Que je porte en moi comme un drapeau flottant
Par la brise des anciens dans l'arbre du néant

Je termine l'histoire, je laisse aller le vent
Je lui redonne l'espoir et le souffle d'antan
Je remets à la terre ces croyances erronées
Que l'ont m'a bien apprises et qui sont mal fondées

Si je veux vivre ce monde
Ma vie à ma façon
J'accepte de vivre ma loi
Allier mon âme à ma raison
Je lâche prise
J'ose vivre
Je lâche prise
Et j'ose vivre
My waltz

Look at me smiling like a rose in the wind
Floating my delirium under longing
Being alive and queen in my innocent world
From the rains of light that melt on my fields.

Watch me die to the love that awaits me
His arms and sighs that warm my blood
The foam under my feet like a silk rug
A base for my bed sometimes abandon me.

Watch me suffer when I do not love myself anymore
That I'm afraid of being seen and being naked
When I'm vulnerable and nobody hears
The grandeur of the horror that scolds and misunderstands.

Look at this big void this stranger so tender
I would like to succumb and not expect anything
A scary silence that can no longer surprise
Because I know a thousand times the flavor of its ashes.

Love slung like a stolen gift
I would like to be a mother to console myself better
To give me the welcome, the listening and the reprieve
Give me sweetness, give me respite

How to give to yourself this love that is expected
Who is never enough and we do not know how to take
That even if we surprise his heart smile sometimes
It is closed so quickly lest we drown.

And then one night one day we dare to accept it
This pearl, this sesame we had hidden well
In the hollow of our forgetfulness, at the edge of the jetty
Contemplating the red sky of effaced dreams

It's the end that pops up like a belly rage
The elusive ardor that screams and haunts us
Like an old weary ghost of not being recognized
To be listened without fear to be able to be read.

Watch me fight against anything, against everything
Prisoner of my cage that I built by last
Telling my story not to forget it
She serves me today throat my freedom.

I'm done enough, enough to be a victim
A senseless fear that would sing his anthem
What I wear in me as a floating flag
By the breeze of the ancients in the tree of nothingness

I finish the story, I let go the wind
I give it back the hope and the breath of yesteryear
I put back to earth these mistaken beliefs
What have I learned well and who are ill-founded

If I want to live this world
My life my way
I agree to live my law
Combine my soul with my reason
I let go
I dare to live
I let go
And I dare to live


Simular Lyrics